Le désenchantement, la responsabilité du Christianisme ?

« [Une des manifestations essentielles] des Temps Modernes est le dépouillement des dieux (entgötterung). Cette expression ne signifie pas la simple mise de côté des dieux, l’athéisme grossier. Le dépouillement des dieux est le processus à double face par lequel, d’un côté l’idée générale du monde se christianise, dans la mesure où le fondement du monde est posé comme infini, comme inconditionné, comme absolu, et de l’autre le christianisme transforme son idéal de vie en une vision du monde (la vision chrétienne du monde), et ainsi se met au gout du jour. Le dépouillement des dieux, c’est la vacance par rapport à Dieu et aux dieux. Le christianisme est le principal responsable de son avènement. Cependant, le dépouillement des dieux exclut si peu la religiosité, que c’est plutôt avec lui seulement que le rapport aux dieux se mue en vécu religieux. Quand les choses en viennent là, les dieux disparaissent. Le vide qui en résulte est alors comblé par l’exploration historique et psychologique des mythes. »

Martin Heidegger, « L’Epoque des ‘conceptions du monde’ », Les chemins qui ne mènent nulle part, p. 99-101.

This entry was posted in Bibliotheque philosophique, Vivons-nous dans un monde desenchante?. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s