La praxis revolutionnaire selon Marx

Le principal défaut de tout le matérialisme passé – y compris celui de Feuerbach – est que l’objet, la réalité, le monde sensible n’y sont saisis que sous la forme d’objet ou d’intuition, mais non pas en tant qu’activité humaine concrète, en tant que praxis, de façon subjective. C’est ce qui explique pourquoi le côté actif fut développé par l’idéalisme en opposition au matérialisme, – mais seulement abstraitement, car l’idéalisme ne connaît naturellement pas l’activité réelle, concrète, comme telle. Feuerbach veut des objets concrets, réellement distincts des objets de la pensée; mais il ne considère pas l’activité humaine elle-même en tant qu’activité objective. C’est pourquoi, dans l’Essence du christianisme … il ne comprend pas l’importance de l’activité «révolutionnaire», de l’activité «pratique-critique».

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières ; mais ce qui importe, c’est de le transformer.

Karl Marx, Thèses sur Feuerbach (1845).

This entry was posted in Bibliotheque philosophique, Qu'est-ce qu'une revolution reussie?. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s