La revolution islamique et ses critiques iraniens

Chacun de nous prend conscience à des degrés divers d’un renouveau de l’Islam qui est devenu une réalité indubitable de notre temps et de notre société. (…) La lutte contre l’ennemi se situe [donc] au niveau des principes fondamentaux, les divergences et les contradictions concernant le fondement, le but et la destination. C’est bien de cela qu’il s’agit dans le combat qui oppose l’Islam au colonialisme et à l’impérialisme mondial, d’un affrontement où chaque adversaire veut déraciner et anéantir l’autre puisque la contradiction se situe au niveau des principes et des finalités. L’un aspire à la délivrance, à la liberté et à la perfection de l’homme, à la paix et à la justice, tandis que l’autre conduit à l’exploitation des masses et des nations, à l’injustice, à l’anéantissement de l’homme par sa transformation en un porc consommateur, en un travailleur exploité ou en un esclave politique.

Ali Shariati, Histoire et destinée (1982, posthume).

 

La première génération [d’intellectuels iraniens contemporains] remonte aux dernières années du régime du Shah et à la première phase de la révolution. Ce sont des pensées islamiques radicales. Les principaux représentants de cette période sont Shariati, Khomeyni mais aussi Djalal Al Ahmad et bien d’autres, marxistes, islamistes radicaux ou syncrétiques qui combinent chiliasme marxiste (l’avènement d’une société sans classe) et eschatologie islamique dans sa version shiite (la venue du douzième Imam à la fin des Temps). La caractéristique principale de cette période est l’identification du politique et du religieux, l’alliance de l’intellectualité avec un activisme socio-politique et le refus de légitimer des choix individuels qui seraient contraires à la visée holistique de l’établissement d’une société islamique idéale ou d’une société communiste, culturellement harmonieuse et économiquement homogène.

La révolution iranienne de 1979 et ses suites pendant la décennie suivante, la longue guerre avec l’Irak avec la mort d’un demi-million de personnes des deux côtés puis la crise économique ont préparé le terrain à une forme de désenchantement. Des penseurs qui avaient été révolutionnaires dans leur jeunesse ont commencé à remettre en question leurs convictions passées. Parmi eux, le plus important est Abdolkarim Soroush.

Farhad Khosrokhavar, “The New Intellectuals in Iran”, Social Compass (traduit de l’anglais) (2004)

 

Dans la mesure où la révolution islamique était basée sur des revendications religieuses, je me suis intéressé de plus en plus à la place de la religion dans la société. Shariati voulait rendre la religion plus grassouillette, moi au contraire je veux la rendre plus mince. Beaucoup de revendications ont été faites au nom de la religion et beaucoup de charges ont été mises sur ses épaules, ce qui n’était ni réaliste, ni souhaitable pour elle. (…) Le gouvernement islamique dans notre société est malheureusement un gouvernement sans théorie et sans doctrine. (…) Ce vide théorique qui est particulièrement béant en Iran se retrouve à travers tout le monde islamique. [Aussi], distinguerai-je ici entre deux approches de l’Islam : l’Islam comme « religion identitaire » et l’Islam comme « religion de vérité. » Dans le premier cas, l’islam est un masque pour une identité culturelle et une réponse à une « crise identitaire. » Dans le deuxième cas, l’Islam est la dépositaire de vérités relatives à ce monde et au salut. … Il m’arrive de craindre que certains musulmans, dans leur confrontation avec la civilisation occidentale, ne transforment l’Islam en [simple] identité.

Abdolkarim Soroush, Reason, Freedom and Democracy in Islam (traduit de l’anglais) (2000).

This entry was posted in Bibliotheque philosophique, Qu'est-ce qu'une revolution reussie?. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s