Qu’est-ce qu’une revolution reussie?

Les révolutions modernes ont peu de rapports avec la notion de mutatio reum dans l’histoire romaine ou de stasis, les crises qui perturbaient la cité Grecque. (…) L’Antiquité était habituée à des changements politiques et à la violence qui l’accompagnait, mais ni l’un ni l’autre n’apportaient quelque chose de radicalement nouveau.

Le fait que le mot « révolution ait originellement le sens de restauration, c’est-à-dire ce qui est pour nous l’exact opposé d’une révolution, n’est pas une curiosité étymologique. Les révolutions des 17ème et 18ème siècles, qui manifestent déjà tous les signes de l’esprit nouveau, celui de la modernité, étaient en fait des restaurations. (…) La révolution américaine … n’a pas dévoré ses enfants. Les hommes qui ont entrepris une restauration étaient les mêmes qui ont commencé et fini la révolution. Ils ont même vécu suffisamment longtemps pour accéder au pouvoir et occuper des fonctions dans le nouvel ordre des choses. (…) C’est la révolution française, et non pas la révolution américaine, qui a mis le monde à feu et à sang, et c’est en rapport avec les évènements révolutionnaires en France, et non pas en rapport avec les événements qui se sont passés en Amérique ou avec les actes des Pères Fondateurs, que le mot « révolution » a pris le sens et la connotation qu’on lui trouve aujourd’hui, y compris aux Etats-Unis. (…) Le plus regrettable, c’est que c’est cette révolution française qui s’est terminée en désastre qui a changé le cours de l’histoire mondiale, alors même que cette révolution américaine, qui a réussi de manière si triomphale, est restée un événement d’importance locale.

Hannah Arendt, On Revolution (traduit de l’anglais) (1962).

 

La question sociale a commencé à jouer un rôle révolutionnaire uniquement à l’époque moderne et pas avant, quand l’homme a commencé à douter que la pauvreté était une partie inhérente de la condition humaine. (…) La question sociale, sous sa forme terrifiante de la pauvreté de masse, n’a joué pratiquement aucun rôle dans la révolution américaine … [alors même] que depuis la phase finale de la révolution française jusqu’à nos jours, il est apparu plus important aux révolutionnaires de changer la matrice même de la société … que de changer les structures du champ politique.

Hannah Arendt, On Revolution (traduit de l’anglais) (1962).

This entry was posted in Bibliotheque philosophique, Qu'est-ce qu'une revolution reussie?. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s