Une critique “conservatrice” des utopies revolutionnaires

Le problème de l’ athanatizein – le processus de l’immortalisation – est au cœur de l’activité philosophique de Platon et Aristote. De la même manière, la grande intuition de Paul est celle d’un mouvement de la réalité elle-même par-delà sa structure actuelle vers un état d’immortalité et en vertu d’une grâce divine. Ce mouvement introduit une forme de tension existentielle, l’exigence de mener son existence en fonction de cette perspective d’immortalité. Tout le monde n’est pas prêt à se plier à cette exigence. Certains ont pu même rêver de prendre un raccourci vers une perfection en cette vie même. (…) Déjà les penseurs apocalyptiques juifs s’attendaient à ce qu’une intervention divine mette un terme à la tyrannie des grands empires qui les opprimaient. Paul lui aussi s’attendait à un retour du Christ imminent et n’a été forcé de modifier ces attentes qu’à la vue du grand nombre de croyants mourants sans avoir été témoin du retour du Christ. Les attentes métastatiques relatives à l’avènement d’un nouveau monde, succédant à l’ancien, sont devenues un facteur permanent de troubles socio-politiques. Le mouvement a été initialement étouffé par l’Eglise avec plus ou moins de succès. Tout au moins les mouvements apocalyptiques ont été marginalisés. Mais avec la Réforme, ces mouvements marginaux ont occupé le devant de la scène. Le fait que le contenu chrétien de ces attentes ait été remplacé par un contenu séculier n’a changé en rien le fond du problème. A l’époque moderne, un tournant a eu lieu quand l’attente d’une intervention divine a été remplacée par les demandes en faveur d’une action humaine directe susceptible de produire le nouveau monde. Marx, par exemple, s’attendait à ce que la violence sanguinaire de la révolution transforme l’homme en surhomme. Quand ces attentes ont été déçues après les évènements de 1848, il s’est résolu à admettre la nécessité d’une période de transition qu’il a appelé la dictature du prolétariat. Marx lui-même avait au moins conscience du fait que l’appropriation des moyens de production par l’Etat ne suffirait pas à produire le changement désiré. Au niveau des expressions vulgaires et sectaires du Marxisme contemporain, en particulier dans ces variantes utopiques, la compréhension du problème a disparu, remplacée par une sorte de magie de l’action. L’état de perfection eschatologique pourra être atteint par la violence directe. L’expérience d’un mouvement de la réalité par-delà sa structure présente a été remplacée par la magie vulgaire d’une destruction totale de l’ordre social.

Eric Voegelin, Autobiographical Reflections (traduit de l’anglais) (1973).

 

This entry was posted in Bibliotheque philosophique, Qu'est-ce qu'une revolution reussie?. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s